Myclimate – Népal

Partenaire suisse

Fondation myclimate, Zurich
www.myclimate.org
Susan Gille

Type de projet:

Projet pilote

Technologie:

Efficacité des ressources

Pays:

Népal

Etat du projet:

Terminé

Début:

2020

Fin du projet:

2022

Contrat:

2020.04

Apport du partenaire suisse

Le porteur et coordinateur de projet est la fondation suisse à but non lucratif myclimate (MYC). Cette spin-off de l’EPFZ est un partenaire pour la protection efficace du climat – localement et globalement.

Description

L’élimination des équipements électriques et électroniques usagés est un problème toujours plus important à Katmandou, une capitale en expansion rapide. Des directives politiques insuffisantes et le manque de solutions économiquement viables pour le recyclage et l’élimination de ce type de déchets sont une menace non seulement pour la santé du personnel de la voirie, mais aussi pour la population dans son ensemble et pour l’environnement.

Doko Recyclers et myclimate abordent ensemble cette problématique dans le but de mettre en place des pratiques réplicables pour le traitement de ces déchets. Dans le cadre de ce projet, des installations pour le reconditionnement et le recyclage de ces déchets sont mises en place et les utilisateurs finaux sont informés des dangers que représentent ces objets et de ce qu’est une consommation responsable.

Résultats

Les infrastructures adaptées pour le démontage et la réparation des appareils électronique ont été mises en place. Une boutique en ligne permettant la revente des appareils reconditionnés a été ouverte et un réseau de sept points de collecte est désormais en service à Katmandou et dans ses environs. Le manuel de bonnes pratiques « Standard Operation Procedure for E-waste -Doko Recyclers » est à disposition des parties intéressées. En outre, les élèves, les représentants des communes et des autorités ainsi que les spécialistes ont été très largement informés par le biais d’ateliers et des médias sociaux.

 

Acquis

Le centre traite désormais environ 300 tonnes d’appareils électriques par an, ce qui permet d’économiser 478 tonnes de CO2. D’ici 2025, les capacités de traitement devrait augmenter pour atteindre 500 tonnes par an. Près de 130 nouveaux emplois directs et indirects ont été créés. Au total, environ 800 bénéficiaires profitent du projet.